Centre Neuro-Psychiatrique de Kamenge

Référence Nationale en Santé Mentale

D’où vient la maladie ?

Chaque jour, nous sommes confrontés à la maladie, ici à la maladie mentale. Les malades souffrent. Nous fournissons des efforts pour soigner et guérir les malades. Les thérapies se sont diversifiées au fur et à mesure que les recherches progressent. Des malades mentaux sont actifs dans la société. Nous sommes entrain de conjurer la fatalité qu’était la maladie mentale dans la société antique, ce qu’elle est encore en partie dans notre société burundaise : des malades sont encore rejetés par leurs familles parce qu’ils sont considérés comme maudits.

Comme croyants, nous cherchons également des réponses dans la parole de Dieu. Nous nous demandons comment la maladie est venue dans le monde, comment y échapper par des moyens spirituels ou comment la foi en Dieu intervient dans la guérison de la maladie. Nous interrogeons la parole de Dieu : Dieu a créé l’homme dans un état où la maladie et la mort sont exclues. Le péché a tout perturbé. En Jésus, l’homme qui n’a jamais péché, Dieu est intervenu .Non seulement, il guérit mais par delà la mort, il conduit à la vie éternelle.

La création

La parole de Dieu nous montre que l’homme est un être créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Il est doué d’intelligence et d’amour. A l’origine, cet homme placé comme chef de toute la création, ne devrait ni connaître la maladie ni connaître la mort. L’homme et la femme sont bénis avec mission de remplir la terre et de la dominer (Gn 1,27-28). Les personnes humaines doivent utiliser les ressources de leur intelligence et de leur volonté pour continuer la mission que Dieu leur a confiée. Des lois (interdits) sont données pour les aider à toujours se souvenir que la terre est à construire et non à démolir.

Dans cette capacité d’intelligence et de volonté se cache la possibilité de la tentation et de cette tentation, l’occasion de pécher. Satan ou le diable est la créature qui s’est rebellée contre Dieu. Il est toujours à la recherche d’une personne à tromper. L’homme et la femme sont tombés dans le péché en écoutant le serpent qui symbolise Satan. Avec le péché, ils ont eu honte et se sont cachés de la présence de Dieu. Ils se sont coupés de lui. Ils ont perdu l’état dans lequel ils ont été créés. Le mal est ainsi entré dans le monde par le cœur de l’homme et continue ses ravages.

Le Seigneur Dieu appelle l’homme qui s’est caché honteux de ses découvertes dans le mal. Cet appel est une planche de salut que Dieu lui tend ; Dieu veut restaurer la relation. L’homme reçoit une punition qui touche toute la création : « le sol sera maudit à cause de toi. C’est dans la peine que tu t’en nourriras tous les jours de ta vie…tu es poussière et à la poussière tu retourneras » (Gn3, 17-19). L’homme devra se fatiguer, souffrir et mourir.

La Lèpre

Dans la société antique et dans la Bible, la lèpre était une maladie qui provoquait une exclusion sociale. Dans la société juive, cette exclusion était presque totale. Le malade n’avait plus que sa voix pour signifier qu’il est encore en vie. Cette maladie fut infligée à deux personnes comme punition de leur faute. Myriam devient lépreuse après avoir exprimé un manque de respect envers Moise et comme du racisme envers sa belle sœur égyptienne (Lv12, 1-16). Myriam fut guérie après repentance grâce à la prière de Moise. Guehazi devient lépreux alors que Naaman était guéri par le prophète Elisée. Guehazi a usurpé les cadeaux que le prophète avait refusés.

La maladie mentale

Dans la Bible, la maladie mentale est considérée comme une invasion d’esprits impurs, de démons (êtres spirituels au service de Satan). Ces esprits s’emparent de la personne, l’empêchent de diriger sa vie. Ils lui font faire ce qu’ils veulent. Ils parlent par le malade, agissent par lui. Le malade est violent, insensé, solitaire etc… Le cas le plus typique est décrit en Marc chapitre cinq verset 1 à 20. Un homme vit dans les tombeaux, personne n’arrive à le maîtriser même avec des chaînes. Il pousse de grands cris et s’automutile avec des pierres. Le texte nous dit que c’est sous l’emprise d’un démon que Jésus va chasser. L’épilepsie (Mc 9,14-27) possède la même réputation. La médecine de l’époque était impuissante face à ces maladies. Jésus a guéri beaucoup de malades mentaux (il chassait les démons).

La médecine a beaucoup évolué ; toutes ces maladies sont bien traitées même s’il n’y a pas de guérison totale. Les croyances face à ces maladies entretenues par la lecture de la Bible n’évoluent pas autant. Des malades sont soumis à des séances interminables de prière où l’on chasse les démons sans succès. Les progrès de la médecine sont voulus par Dieu, l’évolution des recherches permise par Dieu. Il est important de se faire soigner tout en priant pour demander la guérison.

Jamais malade

Jésus est devenu homme en toute chose excepté le péché. Nulle trace de mal en lui. Jésus n’a jamais était malade. De même, Marie n’a jamais été malade. Ils ont cependant connu la souffrance due au péché des autres. Jésus et Marie ont été des témoins éminents de Dieu dans leur façon de réagir. Jésus a pardonné et remis sa vie à Dieu. Marie s’est tue, méditant tout ce qui lui est arrivé depuis le début dans son cœur. Elle a manifesté la compassion et l’amour jusqu’au bout.

Conclusion

Dieu veut un monde réconcilié sans souffrance, sans la peine, sans la mort. Elles sont venues dans le monde avec le péché dont les conséquences touchent même les innocents. Le péché a perturbé toute la création. En face d’un malade, de quelqu’un souffre, la question n’est plus qui a péché mais comment guérir comment aider. L’attitude de Jésus nous invite à la compassion, à la solidarité sachant que nous avons tous à nous convertir et que Dieu rendra à chacun selon ses œuvres.

Sœur Priscille NDIMURIRWO