Centre Neuro-Psychiatrique de Kamenge

Référence Nationale en Santé Mentale

A l’aube du mois de décembre 2019, le CNPK en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida a organisé une supervision évaluative du processus d’intégration de soins de santé mentale dans les provinces sanitaires de Cankuzo et Ruyigi. Cette supervision a été effectuée sur la période du 03 au 06 décembre 2019 par une équipe conjointe constituée par le personnel du Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida, le Centre NeuroPsychiatrique de Kamenge et des Bureaux de District Sanitaire des provinces susmentionnées. Les aspects comme le niveau d’appropriation des services de santé mentale, les besoins facilitant d’atteindre les objectifs fixés ainsi que l’état des lieux du fonctionnement des Soins de Santé Mentale constituaient entre autres le point d’orgue de cette évaluation.

La première journée a été marquée par des séances de prise de contact et d’échange avec les autorités sanitaires du district et de la province de Cankuzo. Au cours de ces échanges, les autorités sanitaires rencontrées sur place ont eu l’occasion de mettre en lumière les défis et les acquis liés à l’intégration des soins de santé mentale. Au terme des échanges, les entraves à l’intégration ont été relevées et des solutions ont été proposées pour optimiser l’efficacité du processus d’intégration.

La deuxième journée a été marquée par une décente à l’hôpital de Murore. Les activités de cette journée ont débutées par une séance de prise de contact avec le personnel du BDS et les prestataires de l’hôpital de Murore en prélude à l’évaluation proprement-dite. Lors de l’évaluation, les échanges se sont articulées entre autres sur le circuit des malades, le rapportage, le processus d’approvisionnement en psychotropes essentiels et la sensibilisation.

 

 

Cette décente à l’hôpital de Murore aura aussi été une occasion pour l’équipe conjointe du CNPK et du MSPLS de voir d’elle-même le déroulement des activités de la clinique mobile que le CNPK avait organisée dans la semaine du 01 au 07 décembre 2019 dans lesdites provinces sanitaires.

Lors des deux dernières journées de la mission, l’équipe s’est rendue à l’hôpital de District Kinyinya. A l’instar des journées précédentes, l’objectif sou tendu par cette visite était de s’enquérir de l’état des lieux du processus de décentralisation des Services de santé Mentale.

Tout est bien qui finit bien. Le processus d’intégration des soins de santé mentale  dans les deux provinces sanitaire touche à sa fin. Des avancées significatives dans la prise en charge des cas de santé mentale s’observent maintenant au sein de ces structures. Inspirés par un certain nombre de vertus et animées par les valeurs éthiques, les équipes du CNPK n’ont pas lésiné sur leurs efforts pour faire de ce processus d’intégration un succès.

En dates du 10 au 15 Novembre 2019, le CNPK a organisé, dans la Province Sanitaire de Mwaro, une formation de renforcement des capacités d’évaluation et de prise en charge psychosociale des conditions cliniques liées aux troubles Mentaux Neurologiques et ceux associés à l’usage des Stupéfiant MNS en sigle.

Cette formation a été organisée selon la méthodologie GIH-mhGAP au profit de 20 prestataires de soins primaires et 30 Agents de Santé Communautaire. Elle s’inscrit dans le processus de décentralisation des soins de Santé Mentale dans les soins primaires initié par le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida ; un processus dont le CNPK a toujours été une figure de proue.

Lors de cette formation, des thématiques comme : « les principes généraux de communication et droits fondamentaux » ainsi que « l’évaluation des conditions MNS et leur prise en charge » ont été exploré de fond en comble.

Signalons que cette formation a été dispensée par quatre prestataires qui avaient été préalablement formé sur le mh-GAP sous la supervision de Dr Amy Besamusca et Salvator Bihirabake tous du CNPK.

Au terme de cette formation, 49 prestataires ont été certifiés et dotés des capacités d’évaluation et prise en charge globale des troubles MNS.

Dans son discours, Dr Amy Besamusca qui supervisait cette formation n’a pas manqué de féliciter les participants pour l’abnégation et le dévouement dont ils ont fait preuve pendant la formation. Il n’a pas manqué aussi de témoigner sa gratitude à la direction du CNPK pour son indéfectible soutien et au Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida pour avoir validé et appuyé la formation.

Dans son allocution, Révérend Frère Herménégilde NDUWIMANA, Directeur Général du CNPK a expliqué l’objectif et le contexte de la formation ainsi que les défis en santé mentale. Dans la suite de son allocution il a, à l’instar des autres intervenants, remercié les participants pour leur dévouement. Il n’a pas manqué d’interpeller les participants de faire profiter à leurs communautés respectives les compétences dont ils disposent désormais. Il a enfin remercié l’équipe du CNPK d’avoir mené à bien la formation.

Les activités se sont clôturées par la remise de certificats aux bénéficiaires

 

En ce 10 octobre 2019 le monde entier célèbre la journée mondiale de la santé mentale sous le thème : «  la prévention du suicide ». Au Burundi, cette journée a été célébrée au Centre Neuropsychiatrique de Kamenge, sous la houlette du secrétaire permanent au Ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida. Les activités de ce jour ont également vu la présence d’autres cadres de l’Etat et les intervenants dans le domaine de la santé sur l’échelle Mondiale.

Les cérémonies ont débutés par une visite guidée que le Secrétaire permanent au Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida a effectué dans les différents services  du CNPK  à savoir l’hospitalisation, l’Electroencéphalogramme, la pharmacie et le laboratoire. Ceci lui a permis de s’enquérir du fonctionnement des services et distribuer les vivres aux patients nécessiteux. De surcroît, Cette visite guidée aura été  une occasion pour les techniciens du CNPK d’éclairer la lanterne des visiteurs sur le fonctionnement de leurs services et de mettre en lumière les défis qu’ils rencontrent dans l’exécution de leurs fonctions.

Quid de l’intervention du CNPK en santé mentale ?

S’agissant de l’intervention du CNPK, Frère Anselme HARIMESHI Directeur Général A.I au CNPK voit le verre à moitié plein.  Après avoir adressé un message de bienvenu aux invités, ce dernier s’est inspiré des statistiques pour dresser le bilan  de l’intervention du CNPK en santé mentale. Il fait savoir qu’au CNPK de nouveaux services ont été créé pour porter à l’optimum la qualité des soins. Il a ajouté que le processus de décentralisation des soins de santé est un chantier forcement évolutif. « Des extensions du CNPK ont été créé dans les provinces de Ngozi et Gitega. Des activités d’intégrations ont été effectuées dans plusieurs provinces grâce au soutien de nos partenaire » Dixit Fr Anselme HARIMENSHI, Directeur Général A.I au CNPK.

Dans son discours, le délégué du  représentant de l’OMS   a expliqué les raisons qui ont motivé le choix de la prévention du suicide comme thème de l’année et les objectifs de l’OMS dans la perspective de prévention des maladies mentales. Il a terminé son discours en remerciant le gouvernement du Burundi et les autres parties prenantes de la santé mentale sur l’échelle nationale pour leur dévouement.

La prévention du suicide, Un prestigieux défis qui hante le Ministère de la santé Publique et de la Lutte contre le Sida.

Dans son allocution, le secrétaire Permanent au Ministère de la santé Publique et de la Lutte contre le Sida reconnait la recrudescence des cas de santé mentale sur l’échelle nationale. Selon lui les recherches faites dans les Provinces Ngozi, Gitega, Rumonge et Bujumbura font état 6.4 pourcent de personnes qui ont tenté le suicide et 3 pourcent de ceux qui sont allé jusqu’au suicide. Il est ensuite revenu sur les facteurs favorisant le suicide. Cela dit il reste optimiste et conscient que la prévention du suicide est un combat collectif dans lequel tout le monde doit apporter sa contribution.

Il a terminé en témoignant sa gratitude au  CNPK et son personnel pour  son travail de titan.  Il aussi remercié toutes les parties prenantes du domaine de la santé mentale pour leurs contributions dans leurs singularités et similitudes.

« Le gouvernement du Burundi à travers le MSPLS ne ménagera pas ses efforts pour s’attaquer aux causes manifestes et sous-jacentes du suicide ». A-t-il conclu.