Centre Neuro-Psychiatrique de Kamenge

Référence Nationale en Santé Mentale

Nous sommes sans ignorer que l’être humain est une entité caractérisée par trois composantes complémentaires à savoir :

 La composante biologique ou physiologique,

 La composante psychologique ou psychique et de la composante Socio-culturelle

Effet, lorsque l’une de ces trois composantes est altérée, elle entraîne obligatoirement l’altération des autres composantes d’où la perturbation psychique qui entraîne à son tour un trouble mental chez l’homme.

C’est ainsi que l’homme devient malade mental avec l’atteinte de la personnalité où le malade n’est pas conscient de sa maladie d’une part, et d’autre part où il en est conscient.

HEUYER l’affirme en ses termes : « Qu’il s’agisse d’une maladie ou d’un déséquilibre, le sujet peut avoir conscience de son trouble, en souffrir et demander spontanément des soins, ou bien il peut ne pas en avoir conscience, mais être entraîné à des réactions qui nécessitent l’intervention d’une autre personne ou d’un groupe social en vue d’un traitement, d’une assistance ou d’une mesure de protection. »

L’objet de ce petit rapport est de montrer comment nous avons pu aider les malades qui nécessitaient une intervention du psychologue au courant de l’année 2011.

Cas couramment rencontrés au CNPK

Les cas couramment rencontrés au CNPK sont surtout des maladies de tendance schizophréniforme, des psychoses (soit maniaco-dépressives, soit des psychoses réactionnelle ou postes -traumatiques), des bouffées délirantes, de la dépression des névroses, de la toxicomanie associée à l’alcoolisme, surtout chez les jeunes de sexe masculin.

Organisation du travail

a) Les psychothérapies

Au cours de cette année 2011, nous avons effectué des séances de psychothérapie individuelles, des psychothérapies de groupe, des psychothérapies familiales et quelques fois on a fait des investigations chez les patients à domicile.

Pour arriver à nos objectifs on fait recourir aux entretiens cliniques et des séances de counselling.

b) Les objectifs des séances d’entretien.

Nous nous sommes fixés les objectifs suivants :

 Aider le patient à découvrir lui-même la symptomatologie de sa maladie (c’est-à-dire le contexte de sa crise.)
 Donner la signification aux symptômes
 Donner la parole au groupe cible (les toxicomanes, les alcooliques et les traumatisés.)

Etat des services :

• Ressources Humaines : 7 Psychologue mais insuffisants surtout face au nombre élevé et croissant des patients

• Infrastructures : Les bureaux sont insuffisants. Certains psychologues manquent où travailler avec les patients (entretiens psychologiques).

• Equipement et matériel : Ils sont insuffisants.

• Le service a besoin des : Machines ordinateurs et imprimantes propres au service téléphones dans tous les bureaux, dans la mesure du possible

• Prestations : Malgré le surnombre des malades dans les services, ces derniers ont pu bénéficier l’apport des psychologues

• Statistiques : Au courant de l’année 2011, 2297 patients ont bénéficié chacun au moins une séance de psychothérapie

• Le service a encadré aussi les stagiaires des universités suivantes : Université du Burundi, Université des Grands Lacs et Université Espoir d’Afrique.

Pour cette année 2012, nous comptons aller de l’avant. Nous allons multiplier surtout les séances de psychoéducation de groupe sur les thèmes de psychoéducation proposés par CARAES. Il faut noter que les réussites sont énormes.

En 2011 : 2297 psychothérapie tandis que le service avait fait 775 psychothérapie en 2010. Cette augmentation s’explique par le fait qu’en 2011, le CNPK a reçu de nouveaux psychologues affectés par le Ministère de la Santé Publique et de la lutte contre le SIDA.